septembre 2010

Archive mensuelle

de 72 à 2 Milliards

Créé par le 30 sept 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas mais moi je me demande parfois à quoi ca sert tout ça ! J’agis, je courre, je cause, je crie, je me décarcasse… mais quel résultat ? Je ne vois pas de signe tangible de changement dans le bon sens.

Alors l’Evangile d’aujourd’hui me rappelle que les apôtres et les 72 disciples ont du se poser les même questions quand Jésus les a envoyés en mission. Heureusement qu’ils avaient confiance car aujourd’hui nous sommes plus de 2 Milliards de Chrétiens. Si ils avaient baissé les bras faute de résultats concrets on n’en serait pas là. Dans notre monde qui cherche toujours des résultats tangibles (la soi-disante efficacité), rappelons nous que le temps de Dieu n’est pas le nôtre. Confiance !!

Allez, j’y retourne

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 10,1-12.

Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route. Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison. ‘ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu’on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : ‘Le règne de Dieu est tout proche de vous. ‘ Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, sortez sur les places et dites : ‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous la secouons pour vous la laisser. Pourtant sachez-le : le règne de Dieu est tout proche. ‘ Je vous le déclare : au jour du Jugement, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville.

Je suis un ange ! Pas vous ?

Créé par le 29 sept 2010 | Dans : Non classé

humourange.jpg

Vous je ne sais pas mais moi j’aimerai bien voir les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l’homme ». Ca doit être chouette, ca doit être un sacré spectacle. Alors pourquoi Nathanael et pourquoi pas moi ? Je me suis souvent posé cette question. 

Et puis en fait, en y réfléchissant bien, je vois cela tous les jours. Des personnes s’engageant dans des associations sociales, ne sont elles pas des anges qui montent et descendent ? un jeune qui aide une personne âgée à porter ses sacs, une femme qui s’arrête pour parler au SDF du coin, un ami que je cherche à réconforter à cause de son épouse malade d’un cancer, etc etc… Ne sommes nous pas tous un peu ces anges ? 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,47-51. Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare : « Voici un véritable fils d’Israël, un homme qui ne sait pas mentir. » Nathanaël lui demande : « Comment me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. » Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l’homme. » 

Font rien que m’embeter ceux là !!!

Créé par le 28 sept 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas, mais moi, déjà que courir vers la mort n’est pas mon fort, mais si en plus quelques Samaritains mesquins refusent de m’accueillir, ils vont voir de quel bois je me chauffe. Ca va barder, moi je vous le dis. I am God et Mes petits copains les apôtres vont leur faire leur fête à coup de foudre et de feu descendu du Ciel. Normal non ? Z’avez qu’à pas commencer. Que nenni me dit l’Evangile : Jésus, Lui, part pour un autre village. Il pourrait les foudroyer, les transformer en limaces ou en statues de sel… mais Il passe sans même râler, sans se plaindre de ses petites contrariétés. Car il sait que les Samaritains ne lui en veulent pas à Lui en particulier mais à tous ces juifs de Jérusalem qui les dénigrent depuis longtemps.

Alors tout le monde dans le même sac. (tiens ca ne vous rappelle pas quelque chose au sujet de gens qui commencent par un R finissement par un M avec un O au milieu cette histoire de toute le monde dans le même sac ?) Alors peut être qu’avant de râler contre les petites embuches que certains  jettent (avec un malin plaisir c’est vrai) sur ma route, peut-être puis-je essayer de me demander pourquoi ils me les jettent… histoire de savoir contre quoi je râle. En se mettant à la place de l’autre, on voit souvent les choses différemment. Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,51-56.

Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem. Il envoya des messagers devant lui ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem. Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ? » Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. Et ils partirent pour un autre village. 

Et moi qui fait 1m90, je suis mal barré !

Créé par le 27 sept 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas, mais moi je n’aurai pas aimé. Imaginez. Vous donnez tout à votre boss, vous lui sacrifiez vie de famille, carrière, vacances, amis, etc… et il vous dit que le plus petit sera le plus grand… Moi je serai un peu perdu. Depuis le temps que je joue à qui fait pipi le plus loin, je ne sais plus quoi faire. 

Combien de fois ai-je regardé avec un peu de mépris des personnes qui ne me semblaient pas sérieuses, peu professionnelles, ou un peu amateurs dans leur approche. 

Comment Jésus arrive t il à faire la part des choses ? J’aimerai bien voir un jour les gens avec ses yeux, toujours bienveillants. 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,46-50.

Une discussion s’éleva entre les disciples pour savoir qui était le plus grand parmi eux. Mais Jésus, connaissant la discussion qui occupait leur pensée, prit un enfant, le plaça à côté de lui et leur dit : « Celui qui accueille en mon nom cet enfant, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille accueille aussi celui qui m’a envoyé. Et celui d’entre vous tous qui est le plus petit, c’est celui-là qui est grand. » Jean, l’un des Douze, dit à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un chasser les esprits mauvais en ton nom, et nous avons voulu l’en empêcher, car il n’est pas avec nous pour te suivre. » Jésus lui répondit : « Ne l’empêchez pas : celui qui n’est pas contre vous est pour vous. »

 

Etats Généraux du Christianisme

Créé par le 23 sept 2010 | Dans : Non classé

La grenouille étant aux EGC il n’y aura pas de billet, sauf exception, avant lundi.

 

Elles ne sont pas jolies mes chaussures crottées ?

Créé par le 22 sept 2010 | Dans : Non classé

images1.jpg

Vous je ne sais pas mais moi je me sens toujours l’esprit empêtré dans des choses qui me gênent, des pensées qui me gênent, des envies qui me séduisent. Je ne me sens finalement pas libre. J’ai beau vouloir me convaincre que je veux suivre le Christ, il faut reconnaitre que je ne largue pas les amarres.  Facile pourtant, il suffit de secouer la poussière que j’ai sur mes sandales, pour me dépêtrer de tout ce qui pourrait m’empêcher d’avancer vers le Christ. Que je me démarque comme les apôtres de tout ce qui m’éloigne de Dieu 

Oui mais secouer la poussière de mes sandales, c’est aussi accepter de repartir à zéro, « from scrach » comme on dit aujourd’hui, de quitter mon petit confort, de m’aventurer sur des terres inconnues, de faire 100 % confiance à Dieu… comme les moines de Thibrine ? C’est clair, j’aime encore bien mes chaussures crottées… pas gagné cette histoire 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,1-6.Jésus convoqua les Douze, et il leur donna pouvoir et autorité pour dominer tous les esprits mauvais et guérir les maladies ; il les envoya proclamer le règne de Dieu et faire des guérisons. Il leur dit : « N’emportez rien pour la route, ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent ; n’ayez pas chacun une tunique de rechange. Si vous trouvez l’hospitalité dans une maison, restez-y ; c’est de là que vous repartirez. Et si les gens refusent de vous accueillir, sortez de la ville en secouant la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. » Ils partirent, et ils allaient de village en village, annonçant la Bonne Nouvelle et faisant partout des guérisons. 

Sacré Mathieu !

Créé par le 21 sept 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas mais moi, quand Dieu me dit, « viens suis moi », je me bouche les oreilles, je lui dit « attend une minute, je n’ai pas fini », je lui demande s’il ne veut pas repasser demain, etc, etc… Alors si un homme que je ne connais pas vient me voir et me dis « viens suis moi », peu de chances que je plante tout  pour le suivre. Au mieux, je lui demanderai d’attendre que j’ai fini mon travail, je lui poserai des tas de questions sur notre destination, nos compagnons de route, ses intentions etc…. je ne vais pas partir comme çà. 

Et pourtant Mathieu, lui, le fait. Sacré Mathieu 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9,9-13.Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d’impôts). Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient aux disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que veut dire cette parole : C’est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices. Car je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs. » 

7 démons ce n’est pas de la tarte !

Créé par le 17 sept 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas mais moi je me demande parfois si Dieu peut vraiment tout me pardonner. Parceque la liste est longue et parfois le Malin bien accroché. Pas toujours facile de lutter contre ses mauvais penchants.

  untitled.bmp Alors l’Evangile d’aujourd’hui me rassure. Même les 7 démons (ca doit être quelque chose ça, 7 démons) de Marie Madeleine ne sont pas une difficulté pour Lui. Il est capable de l’en libérer… rappelons nous que c’est à elle qu’Il est apparu le premier après la résurrection.  Finalement croire que notre offense est trop grande pour qu’Il puisse nous pardonne, n’est ce pas le plus grand des péchés ? 

PS qui n’a rien à voir mais qui m’interpelle: pourquoi parle t on des 12 apôtres, bien gentils, bien propres sur eux, et des femmes, qui elles étaient démoniaques avant de connaitre le Christ ? Un brin misogyne St Luc ? 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 8,1-3. Jésus passait à travers villes et villages, proclamant la Bonne Nouvelle du règne de Dieu. Les Douze l’accompagnaient, ainsi que des femmes qu’il avait délivrées d’esprits mauvais et guéries de leurs maladies : Marie, appelée Madeleine (qui avait été libérée de sept démons), Jeanne, femme de Kouza, l’intendant d’Hérode, Suzanne, et beaucoup d’autres, qui les aidaient de leurs ressources.

pour une soirée ratée, c’est une soirée ratée

Créé par le 16 sept 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas mais moi je l’aurais mauvaise à la place de Simon. Je me bats comme un fou pour réussir à inviter à diner ce prêtre si délicieusement séditieux, dont la pensée est lumineuse et que tout le monde s’arrache. J’attends mon tour car Il est très pris, des mois pour réussir à trouver un trou dans agenda… pire que Sarko. Je me mets en quatre pour le recevoir, j’en profite pour inviter quelques amis, histoire de leur faire profiter de l’occas’, mais aussi pour leur montrer la longueur de mon carnet d’adresse…. Et ne voilà t il pas qu’une femme de mauvaise vie sort de son bois ou elle tapine, se glisse je ne sais pas comment chez moi (malgré les interphones et la gardienne), et vient tout gâcher. Elle tache mon tapis avec ses larmes et empuante l’atmosphère avec un parfum. Bon d’accord c’est du n°5 mais à haute dose s’est entêtant. Et en plus je me prends une bonne leçon de morale. Pour une soirée ratée c’est une soirée ratée… 

Alors moi j’ai une pensée émue pour Simon, ne le jugeons par trop vite, ou moins vite que nous jugeons la pauvre pécheresse. Il a le mauvais rôle aujourd’hui… même si je comprend bien le message de Jésus. 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 7,36-50.Un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui. Jésus entra chez lui et prit place à table. Survint une femme de la ville, une pécheresse. Elle avait appris que Jésus mangeait chez le pharisien, et elle apportait un vase précieux plein de parfum. Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, à ses pieds, et ses larmes mouillaient les pieds de Jésus. Elle les essuyait avec ses cheveux, les couvrait de baisers et y versait le parfum. En voyant cela, le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même : « Si cet homme était prophète, il saurait qui est cette femme qui le touche, et ce qu’elle est : une pécheresse. » Jésus prit la parole : « Simon, j’ai quelque chose à te dire. – Parle, Maître. » Jésus reprit : « Un créancier avait deux débiteurs ; le premier lui devait cinq cents pièces d’argent, l’autre cinquante. Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait rembourser, il remit à tous deux leur dette. Lequel des deux l’aimera davantage ? » Simon répondit : « C’est celui à qui il a remis davantage, il me semble. – Tu as raison », lui dit Jésus. Il se tourna vers la femme, en disant à Simon : « Tu vois cette femme ? Je suis entré chez toi, et tu ne m’as pas versé d’eau sur les pieds ; elle, elle les a mouillés de ses larmes et essuyés avec ses cheveux. Tu ne m’as pas embrassé ; elle, depuis son entrée, elle n’a pas cessé d’embrasser mes pieds. Tu ne m’as pas versé de parfum sur la tête ; elle, elle m’a versé un parfum précieux sur les pieds. Je te le dis : si ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés, c’est à cause de son grand amour. Mais celui à qui on pardonne peu montre peu d’amour. » Puis il s’adressa à la femme : « Tes péchés sont pardonnés. » Les invités se dirent : « Qui est cet homme, qui va jusqu’à pardonner les péchés ? » Jésus dit alors à la femme : « Ta foi t’a sauvée. Va en paix ! »

 

Allo maman bobo…

Créé par le 15 sept 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas mais moi, quand je suis contrarié, il ne faut pas venir m’embêter avec vos petits bobos. Je ne suis pas à l’écoute. Et si j’ai mal quelque part non plus… je reste figé sur ma douleur, sans trop me soucier des autres, voir même etonné qu’on vienne me déranger alors que j’on voit bien que je souffre. 

Alors lire que Jésus, en plein supplice, cloué à sa croix, se soucie encore de la solitude de sa mère, j’en reste pantois. Car à travers Jean, n’est ce pas à moi qu’Il me demande de prendre soin d’elle ? 

Promis, le prochaine fois que j’ai mal j’essaye de ne pas trop m’enfermer sur moi-même et de rester attentif aux autres 

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 19,25-27.

Or, près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la sœur de sa mère, Marie femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

 

12

spiritualité amour du christ |
Paroisse Orthodoxe Sainte Anne |
christestseigneur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | israel12
| Source de Vie
| courspdv