Vous je ne sais pas, mais moi beaucoup de gens me demandent comment je peux croire en Dieu Amour quand on voit tout le Mal sur Terre et tout ca tout ca tout ca…..

Et bien justement, c’est tout le mal (ou plutôt l’absence de Bien) que je vois autour de moi qui me fait croire en l’existence de l’Amour de Dieu.

J’en vois déjà qui se gratte l’occiput en se demandant ce que j’ai bien pu fumer. Que de la bonne je vous promets…. Le vin de messe me donne des visions surement….

Si à un moment donné l’homme choisit le Mal, c’est que soit il croit faire le Bien et se trompe profondément de Bien, soit qu’il choisit délibérément de ne pas faire le Bien. Dans les 2 cas, il a été profondément libre de ses choix (ce fichu libre arbitre qui habite bien de mes nuits blanches). Or s’il est libre, c’est bien que son Créateur lui laisse cette liberté et je ne connais pas de plus grande preuve d’Amour que cette liberté.

Si l’homme ne pouvait pas choisir l’absence de Bien, l’homme serait alors obligé de faire le Bien et uniquement le Bien, nous ne serions pas libres. Notre créateur ne nous aimerait pas, il nous instrumentaliserait.

Bon, je vous laisse, ma liberté m’appelle

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 4,31-37.

En ce temps-là, Jésus descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et il y enseignait, le jour du sabbat.
On était frappé par son enseignement car sa parole était pleine d’autorité.
Or, il y avait dans la synagogue un homme possédé par l’esprit d’un démon impur, qui se mit à crier d’une voix forte :
« Ah ! que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : tu es le Saint de Dieu. »
Jésus le menaça : « Silence ! Sors de cet homme. » Alors le démon projeta l’homme en plein milieu et sortit de lui sans lui faire aucun mal.
Tous furent saisis d’effroi et ils se disaient entre eux : « Quelle est cette parole ? Il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs, et ils sortent ! »
Et la réputation de Jésus se propageait dans toute la région.