Non classé

Articles archivés

Vas y, déchire moi !!!

Créé par le 04 jan 2011 | Dans : Non classé

Tout à l’heure, en écoutant l’Evangile de la multiplication des pains, je me suis dit que parfois, je me sentais poisson ou petit pain. Je suis là, nous sommes 2 et il y a xxxxxx personnes à contenter. Je n’ai que 2 bras et je me sens parfois déchiré (il a bien fallu les partager ces poissons) entre tout ce que je dois (et ce que j’ai envie de) faire, tout ce qu’on attend de moi… mais surtout tout ce que j’attends moi-même de moi. 

Alors que faire ? 

Finalement, comme le poisson de l’Evangile, se laisser déchirer par Dieu car Lui saura contenter 2500 personnes en partant du tout petit poisson que je suis (et bien oui, il y a 5000 personnes et 2 poissons !!). 

Comment ? En remettant dans Ses mains mes trop nombreuses préoccupations… souvent la solution vient alors naturellement, comme un de ces nombreux petits miracles de la vie quotidienne. 

Oups, je n’ai plus de pain. 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 6,34-44.

Jésus, voyant une grande foule de gens sur le bord du lac, fut saisi de pitié envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les instruire longuement. Déjà l’heure était avancée ; ses disciples s’étaient approchés et lui disaient : « L’endroit est désert et il est déjà tard. Renvoie-les, qu’ils aillent dans les fermes et les villages des environs s’acheter de quoi manger. » Il leur répondit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répliquent : « Allons-nous dépenser le salaire de deux cents journées pour acheter du pain et leur donner à manger ? » Jésus leur demande : « Combien avez-vous de pains ? Allez voir. » S’étant informés, ils lui disent : « Cinq, et deux poissons. » Il leur ordonna de les faire tous asseoir par groupes sur l’herbe verte. Ils s’assirent en rond par groupes de cent et de cinquante. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction, rompit les pains, et il les donnait aux disciples pour qu’ils les distribuent. Il partagea aussi les deux poissons entre eux tous. Tous mangèrent à leur faim. Et l’on ramassa douze paniers pleins de morceaux de pain et de poisson. Ceux qui avaient mangé les pains étaient au nombre de cinq mille hommes.

 

Non, tout mais pas les enfants

Créé par le 28 déc 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas, mais moi, la souffrance d’un enfant m’est insupportable. Si je regarde à la télévision une émission sur des enfants qui ont faim, qui sont maltraités, ou que sais-je encore, je n’ai qu’une envie c’est de prendre mes affaires et de me donner à corps perdu pour les sortir de cette misère. 

Alors quand je vois que Dieu laisse mourir tous les enfants de moins de 2 ans pour sauver son fils, je me demande bien quel est ce Dieu. 

Sauf que, encore une fois je ne regarde les choses qu’à travers mes yeux d’homme (myope comme une taupe en plus). Pour moi la vie est la seule source de bonheur possible. La mort, surtout jeune, est forcément une malédiction. 

Or Dieu ne veut que mon bonheur. Je dois accepter de ne pas comprendre Son plan, avoir confiance. S’Il laisse mourir des enfants de moins de 2 ans, cela peut être pour m’expliquer que le seul bonheur qui existe vraiment, c’est la Foi et le Salut. Patrick Giros, fondateur de l’association « Aux Captifs la Libération » disait qu’il n’y a pas de plus grande misère que de ne pas connaître le Christ. 

S’il laisse mourir ces enfants si jeunes, cela peut aussi vouloir dire que la vie après est encore plus belle, ou qu’elle est le simple prolongement de la vie d’aujourd’hui. N’est ce pas juste le message de Pâques ? La Mort n’est qu’un passage au milieu d’une vie qui commence ici mais se poursuit ensuite dans l’éternité. 

Cela ne veut pas dire que je dois laisser les enfants souffrir sans rien faire, parce qu’ils souffrent et que la souffrance me reste insupportable quand je sais que je peux la réduire. Mais peut être dois-je juste accepter de ne pas toujours pouvoir faire quelque chose. Avoir Confiance !! 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 2,13-18.

Après la visite des mages à Bethléem, l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode. Ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils. Alors Hérode, voyant que les mages l’avaient trompé, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans à Bethléem et dans toute la région, d’après la date qu’il s’était fait préciser par les mages. Alors s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète Jérémie : Un cri s’élève dans Rama, des pleurs et une longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas qu’on la console, car ils ne sont plus.

 

Et Jo redis Oui !!!

Créé par le 26 déc 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas, mais moi aujourd’hui encore, comme dimanche dernier, je me dis qu’on parle toujours de Marie qui a dit oui, mais on ne parle pas beaucoup de mon ami Jo’ 

Dieu lui dit de partir en Egypte, ni une ni deux, il prend ses affaires et part. Une fois Hérode mort, Dieu lui demande encore de partir pour revenir… pas de soucis, à vos ordres chefs, le voilà de nouveau sur les routes. On l’avertit en songe de ne par retourner chez lui et il s’en va en Galilée… 

 

Si ca ce n’est pas de la confiance ! 

Si j’en avais à peine une larme de cette confiance de Joseph en Dieu, je serai déjà le plus heureux des hommes… Merci Joseph de nous montrer qu’un père de famille doit aussi faire confiance à 100% à Dieu. 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 2,13-15.19-23.

Après la visite des mages à Bethléem, l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte, où il resta jusqu’à la mort d’Hérode. Ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils. Après la mort d’Hérode, l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph en Égypte et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et reviens au pays d’Israël, car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant. » Joseph se leva, prit l’enfant et sa mère, et rentra au pays d’Israël. Mais, apprenant qu’Arkélaüs régnait sur la Judée à la place de son père Hérode, il eut peur de s’y rendre. Averti en songe, il se retira dans la région de Galilée et vint habiter dans une ville appelée Nazareth. Ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par les prophètes : Il sera appelé Nazaréen.

 

Une bien belle histoire

Créé par le 24 déc 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas, mais moi j’ai toujours trouvé que l’histoire de Noel était une bien belle histoire. Mais une histoire quand même. Le 24 marque une rupture dans nos vies, un moment de fraternité, si on veut bien se laisser prendre « au jeu », mais la vie réelle reprend vite ses droits. 

Et pourtant à y regarder de plus prêt, je me demande si ce n’est pas Noel, avec ses bergers, ses mages, son étable, qui est la vie réelle, et les autres jours qui sont juste totalement irréels. 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 2,1-14.

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre – ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. – Et chacun allait se faire inscrire dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, quitta la ville de Nazareth en Galilée, pour monter en Judée, à la ville de David appelée Bethléem, car il était de la maison et de la descendance de David. Il venait se faire inscrire avec Marie, son épouse, qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans les environs se trouvaient des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur s’approcha, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte, mais l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime. »

 

Un bébé oui, mais mon voisin casse-pied non !

Créé par le 21 déc 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas, mais moi j’en ai senti quelques uns des enfants qui tressaillaient dans le ventre de leur mère. C’est quand même quelque chose de très classique. Rien d’extraordinaire. Je ne me suis jamais pour autant senti en présence de Jésus. 

Et pourtant…. J’étais bien en présence de Jésus, puisqu’Il est en chacun de nous. Dans un petit bébé, c’est assez facile de voir l’image de Dieu… dans un clodo ou dans le visage de mon voisin qui me harcèle, j’ai plus de mal… et pourtant Il est autant là, et même peut-être plus, qu’en moi… 

Il faudrait que j’essaye de regarder ceux qui me déplaisent un peu différemment, comme des exemples concrets de Jésus incarné. La vie serait surement plus facile. 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 1,39-45.

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

 

Sacré bon gars ce Jo’

Créé par le 19 déc 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas, mais moi je le trouve bien sympa Jo’. Il n’avait rien demandé. Tout était prêt. Il allait marier la Marie, c’était la plus jolie du canton. Il lui ferait plein de beaux petits. Il y en aurait bien un qui reprendrait son métier de charpentier, comme il l’avait appris de son père. Une belle vie bien planifiée. 

Il apprend que Marie est enceinte. Zut, tout est parterre. Mais il n’est pas rancunier Jo’. Alors que la loi lui prépare une condamnation plutôt lourde (la lapidation je crois… mais je ne suis pas un spécialiste)… il la protège et veut la répudier en cachette pour éviter tout scandale. C’est un bon gars. 

Il commence à faire d’autres plans sur la comète (il reste la Josette qui n’est pas mariée, elle est moins jolie mais bon, ca ira quand même) et voilà un ange qui vient tout remettre en cause : il lui demande de ne pas poser de question et d’épouser Marie, parce que son fils serait celui de Dieu. 

ET IL DIT OUI, banco, topez là !!! 

Alors moi qui attend toujours que Dieu agisse dans ma vie, mais surtout dans le sens que j’aimerai, que cela ne me dérange pas trop, que cela ne fasse pas trop mal, il faudrait que je regarde un peu plus ce « oui » que Joseph a prononcé. Il a accepté que Dieu ne veuille pas la même chose que lui, il a accepté que sa petite vie ne soit pas si pépère tranquille que ca…. Et que son fils ne soit pas finalement charpentier, ou si peu. 

 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 1,18-24.

Voici quelle fut l’origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret. Il avait formé ce projet, lorsque l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela arriva pour que s’accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse

 

une pièce defectueuse.

Créé par le 07 déc 2010 | Dans : Non classé

chaplinlestempsmodernes1212659628.jpg

Vous je ne sais pas, mais moi j’ai parfois le sentiment d’être un pion interchangeable dans une énorme machine qui tournerait aussi bien sans moi. Sentiment naturel tant nous sommes nombreux. 

Alors quoi de mieux qu’un Dieu qui me dit qu’il abandonne toutes les autres pièces de la machine pour venir me chercher. Que puis je attendre de mieux de la vie ? rien. 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 18,12-14.

Jésus disait à ses disciples :  » Que pensez-vous de ceci? Si un homme possède cent brebis et que l’une d’entre elles s’égare, ne laissera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne pour partir à la recherche de la brebis égarée? Et, s’il parvient à la retrouver, amen, je vous le dis : il se réjouit pour elle plus que pour les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées. Ainsi, votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu.

 

Mieux qu’un 21 d’atout

Créé par le 06 déc 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas, mais moi je me dis souvent que j’ai bien de la chance d’avoir la foi, de pouvoir prier Jésus, invoquer son Esprit dès que j’ai une interrogation, et qu’en plus il me donne souvent une réponse.

Sacré atout que j’ai là. Imbattable.

Alors pour ceux qui ne croient pas, ou ceux qui croient mais qui sont tellement persuadés que Jésus ne leur répond pas qu’ils ne L’entendent pas. Que puis-je faire ? 

Et bien peut-être comme les amis de ce paralytique : partager ma foi. Ils amènent leur ami devant Jésus et c’est leur foi qui aide le paralytique. Et moi pourquoi ne pas faire pareil ? Quand un proche est dans la tourmente, je peux prier pour lui et invoquer l’Esprit Saint pour qu’Il l’aide à trouver la réponse. Mais je peux aussi amener cet ami proche, par le toit, la porte, la fenêtre ou tout autre chemin, jusqu’à Jésus, et l’aider à découvrir qu’Il est la solution à tous nos problèmes… suffit de savoir l’entendre. 

Et attention, la réponse risque de me déplaire et de me déranger… mais je dois avoir confiance, Lui connait ce qui est bon pour moi. 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 5,17-26.

Un jour que Jésus enseignait, il y avait dans l’assistance des pharisiens et des docteurs de la Loi, venus de tous les villages de Galilée et de Judée, ainsi que de Jérusalem ; et la puissance du Seigneur était à l’œuvre pour lui faire opérer des guérisons. Arrivent des gens, portant sur une civière un homme qui était paralysé ; ils cherchaient à le faire entrer pour le placer devant Jésus. Mais, ne voyant pas comment faire à cause de la foule, ils montèrent sur le toit et, en écartant les tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu devant Jésus. Voyant leur foi, il dit : « Tes péchés te sont pardonnés. » Les scribes et les pharisiens se mirent à penser : « Quel est cet homme qui dit des blasphèmes ? Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? » Mais Jésus, saisissant leurs raisonnements, leur répondit : « Pourquoi tenir ces raisonnements ? Qu’est-ce qui est le plus facile ? de dire : ‘Tes péchés te sont pardonnés’, ou bien de dire : ‘Lève-toi et marche’ ? Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur terre le pouvoir de pardonner les péchés, je te l’ordonne, dit-il au paralysé : lève-toi, prends ta civière et retourne chez toi. » A l’instant même, celui-ci se leva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et s’en alla chez lui en rendant gloire à Dieu. Tous furent saisis de stupeur et ils rendaient gloire à Dieu. Remplis de crainte, ils disaient : « Aujourd’hui nous avons vu des choses extraordinaires ! »

 

Oooooh z’yva, Dieu ? t’es sourd ou quoaaa ?

Créé par le 01 déc 2010 | Dans : Non classé

Vous je ne sais pas, mais moi j’en ai parfois un peu « ras le ponpon » d’entendre des phrases du genre « comment peux-tu croire en Dieu, alors que tout montre qu’Il nous a oublié? Tant de guerres, tant de famines, tant d’enfants qui souffrent » etc 

Bien sur on peut se poser la question. Comment Dieu peut Il laisser autant de souffrances. 

Et puis aujourd’hui, en lisant l’Evangile, j’ai peut être compris quelque chose. On lui amène des aveugles, des estropiés, des muets etc… et Il les guérit. Il ne guérit pas tout les aveugles, tous les estropiés, tous les muets de la terre. Il guérit certains (tous ? on ne le dit pas) qui Lui sont présentés. 

Quelle injustice !!! Dans notre pays si Egalitaire, c’est tout à fait inconcevable. Que fait le gouvernement. 

Sauf que… quand je continue ce passage, Matthieu ne dit pas que la foule est toute joyeuse et fait la fête parce qu’untel ou untel est guéri, non. La foule « est dans l’admiration » et « rend gloire à Dieu ». Jésus n’est pas venu pour nous guérir de nos souffrances, Il est venu pour que nous croyons à son amour pour nous. L’amour n’est pas de supprimer la souffrance, mais d’aider à la supporter. 

Toute personne qui a accompagné quelqu’un sans pouvoir faire quoique ce soit pour réduire la souffrance de cette personne le sait. 

Bon, je dis cela bien au chaud, bien assis dans mon fauteuil… pas vraiment en situation de souffrance, je le reconnais… 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 15,29-37.

Jésus gagna les bords du lac de Galilée, il gravit la montagne et s’assit. De grandes foules vinrent à lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres infirmes ; on les déposa à ses pieds et il les guérit. Alors la foule était dans l’admiration en voyant des muets parler, des estropiés guérir, des boiteux marcher, des aveugles retrouver la vue ; et ils rendirent gloire au Dieu d’Israël. Jésus appela ses disciples et leur dit : « J’ai pitié de cette foule : depuis trois jours déjà, ils sont avec moi et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun ; ils pourraient défaillir en route. » Les disciples lui disent : « Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour qu’une telle foule mange à sa faim ? » Jésus leur dit : « Combien de pains avez-vous ? » Ils dirent : « Sept, et quelques petits poissons. » Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Il prit les sept pains et les poissons, il rendit grâce, les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules. Tous mangèrent à leur faim ; et, des morceaux qui restaient, on ramassa sept corbeilles pleines.

 

Sonotones, il nous faut des sonotones

Créé par le 30 nov 2010 | Dans : Non classé

images1.jpg

Vous je ne sais pas mais moi, encore et toujours cette question : que veut dire être chrétien ? Que faut il faire.  Et aujourd’hui, toujours la même réponse apportée par l’Evangile. Rien à faire, pas de recette miracle. Suffit de croire. 

Jésus ne dit pas à ses premiers disciples, soit comme ci, fait cela, pense ca. Il leur demande juste de venir avec Lui et d’avoir confiance en Lui… le reste en découle.  Depuis le temps que j’entends « morale » quand on me parle de foi, il va falloir que je me mette au sonotone. 

Sonotones à vendre !!! qui n’a pas son sonotone ?  Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 4,18-22.Comme Jésus marchait au bord du lac de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans le lac : c’étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : « Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent. Plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans leur barque avec leur père, en train de préparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent. 

12345...18

spiritualité amour du christ |
Paroisse Orthodoxe Sainte Anne |
christestseigneur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | israel12
| Source de Vie
| courspdv